Mois : juillet 2016

Stages de formation continue

Voici les projets des prochains stages de formation continue organisés par l’Institut national de la kinésithérapie 

Ils sont pris en charge par le DPC…….Inscriptions au plus vite…….

Cancer du sein – Rééducation post opératoire

21 et 22 -avril 2017  Paris

9 et 10 juin 2017 Avignon-Sorgues

6 et 7 octobre 2017 Nancy

13 et 14 octobre Nice

15 et 16 décembre Paris

Cancer du sein – Rééducation des lymphoedèmes

19 et 20 avril  2017 Paris

13 et 14 décembre 2017 Paris

Drainage lymphatique manuel et contentions

2 et 3 juin Paris

11 et 12 décembre Paris

Contact téléphonique INK :  01.44.83.46.71

Sport intense et lymphoedème

Evaluation échographique des effets de l’exercice contre résistance progressive pour un lymphoedème après cancer du sein

Bok, Soo-Kyung, Yumi Jeon, and Pyoung-sik Hwang. Lymphatic Research and Biology 14, no. 1 (March 1, 2016): 18–24.

Une étude échographique a mesuré  les effets des exercices avec résistance progressive (ERP) pendant le traitement de décongestion, chez des patientes  atteintes de lymphoedème après cancer du sein (LACS). L’observation s’est portée sur les variations des épaisseurs du compartiment du lymphoedème (espace situé entre la peau et l’aponévrose) et l’épaisseur des muscles.

Pour le traitement des patientes avec LACS, l’ERP le traitement de décongestion ne provoque pas d’augmentation de l’œdème et réduit la circonférence du bras en diminuant l’épaisseur de la peau et augmentant l’épaisseur du muscle.

Exercices avec résistance et lymphoedème secondaire après un cancer du sein – Revue systématique.

Keilani M1, Hasenoehrl T1, M1 Neubauer, Crevenna R. Support Care Cancer. 2015 Dec 30.

Cette étude  a analysé les observations de 9 publications ayant recensé   957 patientes ayant réalisé des exerciez contre résistance. Aucun des articles inclus n’a montré d’effets indésirables sur l’état du lymphoedème après des exercices contre résistance. Dans toutes les études incluses, l’intensité de la résistance des exercices a été décrite comme modérée à élevée.

L’intensité de l’exercice semble ne pas avoir d’effets négatifs sur l’état du lymphoedème ou pourrait ne pas augmenter le risque de développement de lymphoedème chez les patientes atteintes de cancer du sein.

Les lymphatiques et l’infarctus du myocarde

 

Rouen, France – Une équipe rouennaise publie dans Circulation des résultats sur un thème inhabituel en cardiologie : le système lymphatique au sein du cœur, et ses dysfonctionnements lors d’un infarctus du myocarde (IDM) ou dans l’insuffisance cardiaque [1]. Ces résultats concernent exclusivement l’animal. Mais ce qui fait l’intérêt du thème est que la cardiologie l’a pratiquement ignoré jusqu’à présent. Or, le cœur possède un vaste système lymphatique, chez le rat au moins, de plus, un certain nombre de remodelages peuvent expliquer les difficultés de drainage et la longue persistance des œdèmes post-IDM, et enfin l’administration d’un facteur de croissance des vaisseaux lymphatiques permettrait d’accélérer la résorption de cet œdème.

« Ces travaux, issus de 4 années de recherches, montrent l’implication importante de ce réseau [lymphatique] dans les maladies cardiovasculaires. En effet, les recherches sur ces vaisseaux lymphatiques auparavant invisibles ne se sont développés que depuis 10 ans à peine, et leur rôle dans la physiopathologique est souvent ignoré » explique Vincent Richard (Directeur Inserm U1096, Rouen, France) dans un communiqué Inserm.

Stimuler la lymphangiogénèse pour drainer l’œdème en post-IDM

L’idée tient en trois constats : le cœur dispose d’un vaste réseau lymphatique ; l’œdème est caractéristique du post-IDM, ainsi que de l’insuffisance cardiaque ; la fonction du réseau lymphatique est de drainer l’œdème. Donc, existe-t-il des anomalies de ce réseau dans ces pathologies, et si oui, comme les pallier ?

Ces questions ont été posées dans un modèle d’IDM chez le rat. L’IDM provoque une lymphangiogénèse intramyocardique intense. Malheureusement au niveau épicardique, le remodelage altère les collecteurs lymphatiques, de sorte que la capacité de drainage est finalement réduite. Conséquence : l’œdème persiste plusieurs mois après l’IDM, et s’étend même de la zone infarcie à des territoires non lésés.

Dans un second temps, l’équipe a tenté de rétablir une capacité de drainage par un traitement au VEGF-C (Vascular Endothelial Growth Factor de type C, impliqué dans le lymphangiogénèse). La protéine a été administrée en intramyocardique, via des microcapsules d’albumine-alginate biodégradables.

« Le traitement administré aux rats accélère la réponse lymphangiogénique cardiaque post infarctus et améliore le drainage lymphatique du cœur en 3 semaines. Il a comme effet direct une diminution de l’œdème, de l’inflammation et de la fibrose cardiaques », résume Ebba Brakenhielm (Inserm U1096, Rouen), dans le communiqué de l’Inserm. On note que la réponse observée est dose-dépendante.

Il reste sans doute un long chemin jusqu’à la clinique humaine. Mais il est au moins montré que la cardiologie, qui n’avait jusqu’à présent envisagé le cœur que comme organe essentiellement circulatoire musculaire et électrique, gagnerait à l’envisager aussi sous l’aspect lymphatique.

 

REFERENCE :

  1. Henri O1, Pouehe C1, Houssari M et coll. Selective Stimulation of Cardiac Lymphangiogenesis Reduces Myocardial Edema and Fibrosis Leading to Improved Cardiac Function Following Myocardial Infarction. Circulation. 2016;133(15):1484-97. doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.115.020143.

Il faut se rééduquer activement, mais la chirurgie n’est pas seule en cause !

La qualité de vie après cancer du sein est impactée de façon défavorable par la « morbidité » du bras du côté opéré.

 

Etude longitudinale de la morbidité chronique du bras après chirurgie de cancer du sein.

431 patientes ont été incluses dans une étude longitudinale de 5 ans comparant la mobilité et le diamètre des deux bras.

L’ensemble des paramètres étudiés incluant le profil psychologique, la limitation du bras du coude et de la main et le questionnaire de qualité de vie ont montré que les plus mauvais résultats étaient observés à un an post-chirurgie et hormis le lymphœdème étaient significativement améliorés à 5 ans sauf en cas de limitation persistante de l’abduction et de la rotation externe de l’épaule (moyenne  r = −0,15; p < 0,05) et de la présence de douleurs (moyenne r = 0,28, p < 0,01).

Les auteurs insistent pour une prise en charge active de ces limitations, meilleur garant d’une récupération complète

Sources

A longitudinal analysis of chronic arm morbidity following breast cancer surgery Boquiren VM. et al.
Breast Cancer Res Treat. 2016 Jun;157(3):413-25

Physiothérapie des lymphoedèmes

Professionkine51_methodeV4

Pour télécharger l’article: cliquez ici: 2016 Prof Kiné Physiothérapie des lymphoedèmes

 

 

Cela ne sert à rien d’être heureuse !!! (ils sont bizarres ces anglais)

Cela ne sert à rien d’être heureuse !!! (ils sont bizarres ces anglais)

Le bonheur a-t-il un rôle sur la mortalité ? Etude prospective de la Million Women Study

Une mauvaise santé rend triste et une mauvaise santé augmente la mortalité.

Des travaux antérieurs avaient suggéré que la diminution de mortalité chez les femmes heureuses était en fait due à une augmentation de la mortalité chez les patientes malheureuses. Ces femmes malheureuses peuvent avoir des comportements qui interfèrent avec la mortalité. Il était donc important de savoir si le bonheur permettait de réduire la mortalité

Cette étude a été faite chez les femmes qui avaient participé à la Million Women Study étude anglaise faite entre1996 et 2001. Trois ans après l’entrée dans l’étude le questionnaire adressé aux femmes pour une auto évaluation leur demandait leur propre évaluation de leur santé, leur bonheur, leur niveau de stress, leur capacité à contrôler leur vie et si elles étaient « relax ». L’étude portait sur leur mortalité au 1er Janvier 2012, quelle qu‘en soit la cause, cardiopathie ischémique, cancer, accident vasculaire cérébral, bronchopathie chronique obstructive. Le taux de mortalité était comparé entre les femmes qui se déclaraient malheureuses (De temps en temps heureuses, ou rarement ou jamais) par rapport à celles qui se déclaraient heureuses la plupart du temps.

L’analyse a été faite chez 719 671 femmes (âge moyen 59 ans [IQR 55–63]), 39% (282 619) se déclaraient globalement heureuses la plupart du temps, 44% (315 874) le plus souvent, et 17% (121 178) malheureuses. Au cours des 10 ans de suivi, 4% (31 531) des participantes sont mortes. Lors de l’auto évaluation, un mauvais état de santé était fortement associé avec le sentiment de malheur. Après ajustement sur le traitement de l’hypertension, diabète asthme, arthrose, dépression, anxiété, et des paramètres socio démographiques et de style de vie (Tabac, régimes obésité), le sentiment d’être malheureuse ne s’associait pas à une augmentation de la mortalité, toutes causes confondues, cardiopathie ischémique ou cancer

Chez les femmes d’âge moyen, une mauvaise santé peut entraîner la sensation d’être malheureuse. Cependant après analyse des différents paramètres de vie, le bonheur et les mesures prises pour améliorer son bien-être ne semblent pas avoir un effet direct sur la mortalité

Sources

Does happiness itself directly affect mortality? The prospective UK Million Women Study Liu B et al.
Lancet. 2015 Dec 9. pii: S0140-6736(15)01087-9.

LE CANCER COLORECTAL EN QUESTIONS

page couverture K colorect Arcad

Petit fascicule édité par la Fondation ARCAD qui mobilise les meilleurs intervenants français dans le domaine des cancers digestifs. Ce livre répond, de façon simple et accessible pour les patients, à 66 questions concernant le cancer colorectal.

Il est ainsi d’abord expliqué quelques généralités sur la pathologie (épidémiologie, facteurs de risques, symptômes et stadification). Puis de nombreuses notions concernant les chirurgies et ses suites post-opératoires sont abordées (stomie, fonctionnement de l’intestin, conséquences à moyen et long termes, anus artificiel définitif ou temporaire, …). Les traitements complémentaires sont aussi décrits (chimiothérapie, thérapies ciblées, radiothérapie. Ce fascicule est accompagné de quelques dessins et d’un lexique. Il peut être vraiment intéressant pour les patients ou leur entourage

le Congrès du 26 Novembre 2016 à Paris

Ce congrès s’est déroulé dans une ambiance chaleureux et amicale.
220 participants ont pu bénéficier d’un lieu facilement accessible dans Paris.
Le luminosité de l’espace accueil a permis à tous de profiter de la dizaine d’exposants présent ce jour là.